Rechercher dans ce blog

jeudi 12 mars 2015

LE PREMIER DRONE CONTRÔLÉ PAR L'ESPRIT A PRIS SON ENVOL (VIDEO MEDIA)

L'ENTREPRISE PORTUGAISE TEKEVER ESPÈRE DANS LE FUTURE ÉTENDRE SA TECHNOLOGIE BRAINFLIGHT À DES ENGINS BEAUCOUP PLUS GROS COMME LES AVIONS-CARGOS.

Le premier drone contrôlé par l’esprit vient de prendre son envol au Portugal, rapporte BBC news. Dans le futur, l’entreprise fabricante espère bien pouvoir étendre ce mode de pilotage aux long-courriers.
Le projet BrainFlight, conduit par le fabricant de drone portugais Tekever, repose sur l’utilisation d’un encéphalogramme (EEG) pour transmettre les commandes à l’engin en vol. Le principe est simple. Le pilote porte un casque détectant l’activité des différentes zones du cerveau et la traduit en influx électriques interprétable par un ordinateur. Après plusieurs mois de formation, ces pilotes sont capables de déplacer un cercle sur un écran vers le haut ou vers le bas, faisant ainsi virer le drone sur la gauche ou sur la droite.

«Je ne pourrais vous expliquer comment faire exactement, mais après plusieurs mois d’entraînement, votre cerveau le comprendra et le fera par réflexe», explique un chef de projet au journaliste de la BBC perplexe devant la complexité de la tâche.
C’est la première fois qu’une telle technologie est testée devant un public, et la compagnie pense qu’à court terme cela pourrait permettre à des handicapés de prendre le contrôle d’engins volants.
«Nous pensons que bientôt les gens pourront contrôler des véhicules volants grâce à leur cerveau avec la même facilité qu’ils réalisent n’importe quelle autre activité,estime Ricardo Mendes, responsable technique du projet chez Tekever. Le BrainFlight représente le début d’une nouvelle aire et un grand pas dans le domaine de l’aviation, en évitant notamment au pilote les missions les plus dangereuses.»
Tekever a de grandes ambitions pour ce nouveau système. Dans le futur elle espère notamment pouvoir remplacer les pilotes d’engins beaucoup plus gros comme les avions-cargos ou même les vols commerciaux.
Mendes garantie que cette nouvelle technologie incorporera des mesures de sécurités afin de prendre le relais en cas d’assoupissement ou d’évanouissement du pilote. Et d’ajouter : «Les technologies évoluent, les régulations évoluent. La question des vols sans pilote n’est pas "vont-ils exister, mais quand ?"»
Source trouver:

3 commentaires:

  1. pour les éveillés vous savez ce qu'il vous reste à faire

    RépondreSupprimer
  2. @anonyme 09h37 : Quoi donc ?

    RépondreSupprimer