Rechercher dans ce blog

samedi 25 avril 2020

4 millions d’euros et 600 nouveaux drones : le gouvernement s’enfonce dans la Technopolice


Alors que nous alertions il y a peu [1] sur l’utilisation à grande échelle de drones par les services de police pour contrôler l’application du confinement, le gouvernement semble avoir apprécié le déploiement inédit de ses nouveaux gadgets de surveillance. Le 10 avril dernier, un appel d’offres a été publié par le Ministère de l’Intérieur portant sur l’acquisition de plus de 650 drones [2].
D’après les estimations disponibles [3], cela correspondrait à un doublement du nombre de drones actuellement disponibles pour les forces de police. Alors qu’une récession sans précédent nous est annoncée et que les ressources de notre système de santé sont exsangues, ce sont 4 millions d’euros qui seront dépensés par l’État pour mieux assurer le contrôle de sa population.
Le coeur de cette commande porte sur 565 «micro-drones du quotidien». Le nom même de ces derniers trahit la volonté politique de banaliser la surveillance aérienne et de l’inscrire dans la durée. Leurs capacités techniques laissent pourtant entrevoir leur potentiel liberticide. Ces drones doivent en effet pouvoir permettre le suivi d’un individu… sans être détectés. Il est en effet spécifiquement demandé que ces derniers permettent une « discrétion visuelle et sonore » tout en assurant une capacité de « reconnaissance humaine à une hauteur de vol de 100 m ». Un tel objectif de discrétion est d’ailleurs en totale violation de l’obligation d’information des personnes filmées dans l’espace public [4]
Par ailleurs, 66 « drones de capacité nationale » et 20 «nano-drones» seront aussi mobilisés. Les premiers doivent permettre de suivre une cible de manière autonome située à 500 mètres, tandis que les seconds pèseront moins de 50g et seront difficilement détectables.
L’ampleur de cette commande révèle l’importance donnée à la Technopolice par l’Etat dans sa doctrine sécuritaire – et le drone apparaît en être un des outils principaux. Il semble donc en être de ces machines volantes comme cela l’a été pour tout nouveau dispositif de surveillance. Après une phase d’utilisations exceptionnelles suivie d’une expérimentation à grande échelle (quoi de mieux qu’un confinement pour cela? [5]), l’Etat profite d’un vide juridique pour les déployer massivement.
[1] https://www.laquadrature.net/2020/04/01/covid-19-lattaque-des-drones/
[2] https://www.marches-publics.gouv.fr/app.php/consultation/562523?orgAcronyme=g6l
[3] https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/pourquoi-le-ministere-de-l-interieur-vient-il-de-commander-des-drones_1785166
[4] https://www.cnil.fr/fr/la-videosurveillance-videoprotection-sur-la-voie-publique
[5]Le ministère de l’Intérieur assure toutefois que la commande n’a rien à voir avec l’actualité : «Cet appel d’offres est sans lien avec la situation sanitaire actuelle, l’expression de besoin et les spécifications techniques ayant été consolidées au cours du second semestre 2019.»
Source trouver:
Source: 

lundi 10 février 2020

Le créateur du US BioWeapons Act affirme que le coronavirus est une arme de guerre biologique



Un autre article très technique d'un spécialiste en maladies infectieusesparu hier dans The Epoch Times évoque également que ce virus semble avoir été crée par l'homme. Voici les conclusions de l'expert: "Ce nouveau virus soulève de nombreuses questions scientifiques. En se basant sur des articles scientifiques récemment publiés, ce nouveau coronavirus possède des caractéristiques virologiques sans précédent qui suggèrent que le génie génétique pourrait avoir été impliqué dans sa création.

 Le virus présente des caractéristiques cliniques sévères, ce qui en fait une menace importante. Il est impératif que les scientifiques, les médecins et les gens du monde entier, y compris les gouvernements et les autorités de santé publique, mettent tout en œuvre pour enquêter sur ce virus mystérieux et suspect afin d'élucider son origine et de mieux permettre aux populations en Chine et dans le monde entier  d'y répondre." 

Autre particularité du virus: il diminuerait progressivement les globules blancs (donc les défenses de l'organisme) et peut produire des chocs cytokiniques aboutissant à une défaillance des organes vitaux et entraînant la mort.

Fawkes
-------

Dans une interview explosive, le Dr Francis Boyle, qui a rédigé la loi sur les armes biologiques (Biological Weapons Act, ndlr), a fait une déclaration détaillée admettant que le coronavirus de Wuhan 2019 est une arme de guerre biologique offensive et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est déjà au courant.



Francis Boyle est professeur de droit international à la faculté de droit de l’université de l’Illinois. Il a rédigé la législation américaine d’application de la Convention sur les armes biologiques, connue sous le nom de Biological Weapons Anti-Terrorism Act de 1989, qui a été approuvée à l’unanimité par les deux chambres du Congrès américain et promulguée par le président George H.W. Bush.
Dans une interview exclusive accordée à Geopolitics and Empire, le Dr Boyle parle de l’épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, et du laboratoire de niveau de biosécurité 4 (BSL-4) d’où, selon lui, la maladie infectieuse s’est échappée. Il pense que le virus est potentiellement mortel et qu’il s’agit d’une arme de guerre biologique offensive ou d’un agent de guerre biologique à double usage génétiquement modifié avec des propriétés de gain de fonction, ce qui explique pourquoi le gouvernement chinois a d’abord essayé de le dissimuler et prend maintenant des mesures drastiques pour le contenir.
Le laboratoire BSL-4 de Wuhan est également un laboratoire de recherche spécialement désigné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Dr Boyle affirme que l’OMS sait parfaitement ce qui se passe.
Le Dr Boyle évoque également le rapport exclusif de GreatGameIndia intitulé Coronavirus Bioweapon, dans lequel nous avons expliqué en détail comment des agents de guerre biologique chinois travaillant dans le laboratoire canadien de Winnipeg ont été impliqués dans la contrebande de coronavirus vers le laboratoire de Wuhan, d’où la fuite aurait eu lieu.

Suite:
Source:

lundi 28 octobre 2019

Chine tout est sous contrôle


Imaginez des citoyens constamment épiés par des milliers de caméras de surveillance et notés sur chacun de leurs faits et gestes. S’ils sont filmés en train de jeter un papier par terre ou de traverser au feu rouge, c’est une incivilité qui leur coûtera des points en moins





Plus ou moins de droits dans la société selon vos "bons" et "mauvais" points

Si au contraire, ils signalent à la police la présence d’un délinquant, ils seront récompensés par des points supplémentaires. Plus ils auront de points, plus ils auront de droits dans la société. Les plus mal notés eux se verront sanctionnés : interdiction d’obtenir un crédit à la banque ou de prendre le train, par exemple.

Tout ceci n’est pas un scénario de science-fiction mais la réalité du système de notation testé aujourd’hui dans des dizaines de villes en Chine. Notre envoyée spéciale Elise Menand s’est plongée au cœur de ce pays qui a décidé de ficher et classer ses habitants.

Un reportage d'Elise Menand, Antoine Védeilhé, Charlie Wang et Benoît Sauvage diffusé dans "Envoyé spécial" le 10 octobre 2019.

Source trouver:

Source:

mardi 22 octobre 2019

Les pertes de récoltes dévastatrices de la Chine sont maintenant évidentes les Etats Unis ne sont pas mieux lotis


porc


La Chine a montré sans l'ombre d'un doute que sa population a du mal à se nourrir avec la quantité de nourriture disponible. Les importations de porc ont été multipliées par 7 au cours du dernier mois et l'inflation alimentaire générale est de 45 %, et maintenant la plus grande nouvelle de toutes est que les ventes aux enchères sur le marché chinois du maïs ne sont plus en vigueur. Les quatre dernières années ont été en moyenne de 100 millions de tonnes par an, cette année c'est 22 millions et c'est tout, ajoutez le blizzard historique qui a balayé les zones de culture américaines et canadiennes, ce qui signifie que deux des plus grands producteurs alimentaires de la planète sont en difficulté. 

La vidéo (en anglais




Source trouver:
Sott

Source: 
Adapt2030